Africa Renaissance

Africa Renaissance

Dieu dans la religion africaine

Dieu dans la religion africaine

 Il est assez remarquable de constater qu'en Afrique noire, dans les pratiques religieuses, Dieu est rarement interpellé à intervenir. Du moins s'adresse-t-on rarement à Lui. Dans leurs habitudes en effet, les Négro-africains préfèrent invoquer des divinités, des fétiches, ou tout au plus leurs ancêtres ! Les autres hommes, notamment les Occidentaux et les Orientaux, ont tôt fait d'assimiler cette manière de faire, à du polythéisme, du fétichisme, du satanisme, de l'animisme et que sais-je encore ? L'aliénation aidant, les Africains en sont arrivés à avoir honte de leur religion traditionnelle vouée aux gémonies ! Mais on remarque pourtant, paradoxalement, que les Africains sont peut-être ceux qui ont le plus le mot Dieu dans la bouche : « Dieu te voit, avec l'aide de Dieu, que Dieu te garde, Dieu est grand, grâce à Dieu… »La litanie est sans fin. Les expressions dans les langues africaines faisant allusion à Dieu sont très nombreuses et très variées. De plus, il est de notoriété publique, que l'Africain est l'homme le plus religieux du monde et cela depuis nos ancêtres les plus lointains ! Alors comment expliquer cette étrangeté ? Les Africains sont-ils contradictoirement inconscients ou tout simplement illogiques ?

Pour comprendre la pratique africaine vers Dieu le Créateur de toutes choses, il faut se placer dans la dialectique mentale du Négro-africain : sa conception cosmogonique, sa compréhension du rôle de l'humain dans le plan divin, le destin de l'humanité, le pourquoi de la création diversifiée des êtres et des choses, etc. Dans cette perspective, l'Africain est peut-être, curieusement, le plus logique dans la démarche religieuse. Comment expliquer rationnellement en effet, que deux pays, deux camps, deux groupes, deux personnes, etc. opposés sur une quelconque affaire, invoquant l'aide divine chacun, se retrouvent avec un vainqueur et un vaincu, sans automatiquement voir à travers cette situation, la partialité divine ? Un chrétien et un musulman qui se battraient, solliciteraient chacun, à travers sa pratique religieuse, une assistance de Dieu. Comment faudrait-il comprendre la victoire de l'un sur l'autre ? A plus forte raison lorsque deux races, deux peuples, deux nations,  deux continents sont concernés !  Ce sont ces genres de situations qui font que certains pensent, qu'il ne sied pas de chercher de la rationalité dans la religion, comme si cette dernière devrait être considérée comme illogique ou anti-raison ! Ce sont ces conceptions qui ont inventé la maudite théorie de races maudites et de peuples bénis.

On estime qu'une religion ne devrait être considérée comme bonne, que lorsqu'elle produit des effets constatables, que lorsqu'elle est en un mot efficace, même si son objectif final est de nous conduire vers Dieu (d'autres diraient le Paradis). La religion africaine est logique avec elle-même : Dieu est le créateur de toute chose. C'est précisément pourquoi dans la création il a tout prévu. Cela signifie que le système doit tenir par lui-même. Et c'est la raison pour laquelle, quand on a bien compris le mécanisme, on l'exploite directement. Ainsi, chaque chose et chaque être a un objectif, une destination, une raison d'existence. Cela signifie que quel que soit ce qu'on vise, ou ce qu'on recherche, il existe toujours dans la création une chose, un être, un esprit, un fétiche, un aïeul, capable d'être ou d'en trouver la solution.  Il suffit de savoir où chercher, comment faire. Puisque les choses sont donc ainsi faites, pourquoi aller fatiguer l'Être suprême, pour nos petits besoins, à tout bout de champ ? Cela ne voudrait –il pas dire qu'on n'a rien compris au sens de la création tout bonnement ? Peut-on expliquer autrement les aberrations évoquées plus haut ?  Qu'il y a-t-il de plus normal que de solliciter de son ancêtre une aide ? Et si tant est qu'il existe quelque part, qu'il puisse vous satisfaire, n'est-ce pas là son rôle, pour perpétuer sa lignée, faire progresser sa famille, améliorer son sang ?

Pour le Négro-africain donc, Dieu peut tout. Cependant et parce que précisément Il veut qu'on L'appréhende à travers sa création, du fait que cela est plus facile pour nous, et que cela nous aide plus facilement à Le mieux connaître, il a mis à notre disposition toute la création. Pourquoi aller Lui demander d'étancher sa soif, quand Il a fait pour  nous des étangs et des sources ? N'est-ce pas qu'il faille « Passer par l'escalier pour accéder à la terrasse de la maison plus aisément et plus sûrement », comme l'affirme la sagesse africaine ? Loin donc de concevoir Dieu comme une reine d'Angleterre, la pratique religieuse de l'Afrique noire, nous révèle une profonde compréhension de la création dans son ensemble.

 

Doumbi Fakoly : Introduction à la prière négro-africaine  MENAIBUC 2005

 

Je suis très heureux que vous ayez pu consulter ce blog

 

Pour me contacter, veuillez cliquer  ici



26/11/2007
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres