Africa Renaissance

Africa Renaissance

L a spiritualité et l'Afrique

La spiritualité et l'Afrique.

Dans la Bible il est écrit que Jésus, pour échapper à la mort, fut amené en bas-âge en Afrique, notamment en Egypte. La Bible (dans sa version que nous avons aujourd'hui), ne précise malheureusement pas combien de temps, il resta dans ce pays. Certains savants avancent très sérieusement qu'il y aurait passé de très nombreuses années et aurait tout appris chez nous. Sans compter que Moise son ancêtre, est bien un Africain, de naissance et d'instruction au moins. Le Coran révèle qu'au plus fort de sa guerre contre les « mécréant »s, Mecquois en tête, le prophète Mahomet fut obligé de se réfugier en Afrique, notamment en Ethiopie. Cette fuite sauva et le prophète et l'Islam. Les adeptes de la Rose-croix affirment que leur ordre mystique a pris naissance en Afrique, notamment en Egypte des pharaons. Ils précisent même que leur père fondateur est le pharaon Akhenaton, sinon son père d'Aménophis III de la XVIIIe dynastie. La Franc-maçonnerie affirme avoir ses racines en Egypte africaine. Certains documents affirment que Bouddha aurait été un prêtre égyptien qui serait parti en Asie pour créer cette pensée et ces pratiques si répandus là-bas et qu'on appelle le bouddhisme. La liste n'est pas exhaustive. L'évidence semble donc s'établir, d'une relation très étroite entre les différentes croyances, les différentes religions, les différentes spiritualités et l'Afrique, pour ne pas dire le monde négro-africain. Cela semble d'autant plus évident qu'au moment de la naissance de toutes ces relations, la différenciation Afrique noire - Afrique blanche n'avait pas encore pris corps. Il est donc clair qu'il s'agit d'un phénomène entre l'Afrique réellement nègre et ces différentes réalités.

Comment peut-on donc expliquer rationnellement toutes ces accointances ? Comment peut-on faire  comprendre que tous ces mouvements spirituels prétendent à une relation particulière avec l'Afrique, sans se poser des questions ? La plus importantes de celles-ci est sans aucun doute : qu'a l'Afrique en particulier par rapport à tous les autres continents, pour avoir ces rapports qui semblent si particuliers ? Mais puisqu'on remarque que ces mouvement sont aussi bien religieux, ésotériques qu'initiatiques, la question devient plus précise encore : qu'a le Négro-africain de si particulier pour être à la base de toutes ces réalités ? C'est Pierre Pradervand[1] qui lève un petit coin du voile en relatant un fait tiré du livre de Laurens van der Post  A Story Like The Wind : « Khabbo (un jeune Bushman) rit et rit encore comme s'il n'avait jamais entendu quelque chose de si drôle. François n'avait jamais entendu ou vu un rire d'un abandon si total et merveilleux. De son épiderme à la partie la plus intérieure et secrète de son être, il semblait si totalement possédé par la flamme de ce rire que rien d'autre ne trouvait place à se loger en lui. C'était si étonnant et si contagieux que, bien que François n'eût aucune envie de rire, un sourire vint détendre son visage. » ! Le rapport avec notre sujet ? Un raisonnement pourrait nous y conduire. La religion, la spiritualité, l'initiation, l'ésotérisme, etc. tout cela n'avait jamais eu de frontières avec la vie de tous les jours chez le Négro-africain. C'est pourquoi, il n'y a jamais eu de mot spécifique pour désigner par exemple la religion chez lui, et dans la quasi-totalité des langues africaines parlées aujourd'hui, il n'y en a pas ! Tout cela, n'était que la vie tout simplement. Le Négro-africain est historiquement le fils aîné de l'humanité. Et en tant que tel, il est celui qui a été et est resté le plus proche de la source initiale des choses. Voilà pourquoi plus que tout autre, il a cette conscience aiguë de l'unicité, et vit d'emblée les rapports entre les choses et les êtres : Dieu avec la nature, les morts avec les vivants, les vieux avec les jeunes, la femelle avec le mâle… Une liste longue, longue, longue, et qui donne une éclatante réponse à notre préoccupation initiale ! Malheureusement combien de Négro-africains ont-ils une claire conscience des ces réalités  aujourd'hui ? Il faut savoir que l'univers est engagé dans une évolution permanente et comme disent les sages du continent : « Quand l'enfant a les mains propres, il mange avec les vieux » ! Amen !

Bétéo D. NEBIE

(neb_beteo@yahoo.fr)  



[1] - Pierre Pradervand : Une Afrique en marche. Librairie PLON. 1989 (p.319)



08/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres