Africa Renaissance

Africa Renaissance

C'est quoi un fétiche ?

 

Haut       Bas

 C'est quoi un fétiche ?

 Pour le Larousse, un fétiche est « Un objet ou un animal auquel sont attribuées des propriétés magiques, bénéfiques ». Les commerçants de Ouagadougou diraient : « C'est bon, mais ce n'est pas arrivé ». Les Africains sont si fragilisées mentalement  que même cette définition minima n'est pas convaincante au point de mettre chacun à l'aise,  afin qu'il puisse fièrement exhiber son fétiche, sans honte aucune. Pour ces esprits étriqués, confectionnés aux forceps des religions universalistes, aucun fétiche ne saurait être  bénéfique ! Pauvres de nous !

Un homme (au sens large du terme naturellement) un temps soit peu sensé, éprouve que le Créateur a fait chaque être et chaque chose avec ses propriétés spécifiques : l'eau étanche la soif, les luminaires éclairent, le bousier est doté d'un odorat incroyablement développé, le silex produit le feu, les sexes servent à procréer, le quinquina produit la quinine, le venin du naja est mortel à dose, etc. De la même manière, la queue de tout animal contient ses forces et ses qualités en concentré. Aux qualités plus ou moins maîtrisables par nos sens correspondent d'autres, beaucoup plus souterraines, qui en sont les moteurs, les motivations, les fondements.  Le bon sens élémentaire indique alors que quelqu'un qui connaît bien les propriétés des êtres et des choses, peut non seulement en profiter directement pour atteindre tel ou tel objectif en rapport avec ces qualités intrinsèques, mais peut même associer des vertus multiples pour produire d'autres essences qu'on ne trouve nulle part à l'état de nature. Tout cela indique clairement la définition exacte de ce qu'est un fétiche : « Un objet constitué de plusieurs éléments dont le rôle est de concentrer, d'orienter et de stabiliser des forces ». Ici la notion de « bénéfique » ou « maléfique » n'est pas nécessaire. Tout dépend de l'objectif visé. Et puis, il faut arrêter d'avoir une peur maladive de ce qu'on appelle le mal. Dans la plupart des cas, le bien et le mal constituent les deux faces de la même réalité ! Aucun bien n'est absolu. Aucun mal non plus ! Pour atteindre le bien, il est parfois plus aisé de passer par le mal, et vice versa…. Il ne faut cependant pas  confondre les choses. Nous ne disons nullement que bien et mal soient équivalents. Il ne faut jamais faire à quelqu'un ce qu'on ne souhaite pas qu'on vous fasse. Revenons au fétiche et ne nous égarons point !

Le fétiche comme le soutient Larousse, a-t-il des propriétés magiques ? C'est son rôle même  en effet. Encore faut-il s'entendre sur la notion de magie. Les esprits simples associent aisément magie et maléfice. A tort encore une fois ! Ce qui est magique c'est « Ce qui permet de maîtriser les forces de la Nature et de les utiliser à des fins de production d'effets qu'on ne peut obtenir de façon naturelle ». Tout cela n'a rien de maléfique à priori, car ces forces existent indépendamment de l'homme et si elles étaient foncièrement mauvaises, il aurait été plus intelligent de s'en prendre à Celui qui les a créées !  Les religions qu'on oppose parfois à la magie procèdent d'ailleurs de la même manière. Tous les prophètes, tous les fondateurs des religions qui nous fascinent ont été de grands magiciens. Tous sans aucune exception ! Mais les malins disent que ces hommes agissaient avec la force de Dieu et que les autres, notamment nos ancêtres à nous, utilisaient la force de Satan. Comme s'il y avait deux  créateurs ! Le Diable, Satan comme on l'appelle communément, a-t-il jamais créé quoi que ce soit, lui qui n'est qu'une créature comme nous tous ?

Ce qui précède permet de comprendre qu'il n'y a aucune honte à porter son fétiche ou à en suivre les consignes afin d'obtenir de lui ses effets. Tout au plus pourrait-on conseiller de veiller à toujours rechercher des fétiches pour des objectifs louables, pour  sa propre sécurité. Effectivement, les actes que nous posons sont comme des graines que nous semons. Ils produisent toujours les mêmes variétés en plus grand nombre ! Si vous faites du mal sans raison, vous le récolterez toujours au centuple. C'est la raison simple pour laquelle, il convient de toujours viser le positif dans tous nos actes de la vie. Tout le reste, c'est de la littérature juste bonne à faire dormir les petits enfants. Il y a-t-il des enfants dans cette salle ? L'outre de votre père est-il trop lourd pour que vous puissiez le porter ? Efforcez-vous au moins de le traîner derrière vous ! Cela n'est qu'un adage africain.

 

ISHA SCHWALLER DE LUBICZ   HER-BAK « Disciple »  éditions Flammarion 1956 

Je suis très heureux que vous ayez pu consulter ce blog

 Pour me contacter, veuillez cliquer  ici



26/11/2007
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres