Africa Renaissance

Africa Renaissance

Mugabe et la "communauté internationale" : les dessous d'un discours

Pourquoi Robert Mugabe est-il devenu le diable ?

 

Sans présager de ce qui va arriver au Zimbabwe dans les jours ou les mois à venir (cet article a été ajouté le 5 avril 2008 au moment où la commission des élections n'avait publié que les résultats des législatives), on peut être intrigué par le traitement de l'information des médias internationaux sur les élections qui viennent de se passer dans ce pays. Plus que d'être simplement intrigué d'ailleurs, on ne « casserait pas la bouche d'un masque » en trouvant sérieusement scandaleuse la moralité des médias occidentaux dans certains dossiers. Le président Mugabe est devenu l'ennemi numéro un de l'Occident depuis ses démêlées avec les ex colons d'origine principalement britannique. La raison : Mugabe a osé exproprier ces ex qui étaient restés colons sur les meilleures terres du Zimbabwe, au détriment des ex colonisés que sont les Zimbabwéens naguère appelés Rhodésiens du Sud ! C'est vrai, que son passé de communiste ne le prédisposait non plus à un amour parfait avec l'Occident.

 

sur Internet le nom de cette photo est Mugabe le-fou

 

 

Traité de tous les noms d'oiseaux depuis cette décision du pouvoir zimbabwéen, Mugabe ne méritait plus aux yeux de « la communauté internationale », d'être le président de son pays, par ailleurs soumis à des sanctions économiques sévères. Du coup, il a été diabolisé par cette communauté, les Britanniques et les Américains en tête. Dans ces conditions, il coulait de source que Mugabe ne pouvait qu'être un tricheur invétéré dans tout scrutin, un assassin de toute volonté contraire à ses desiderata. Et comme la commission d'organisation des dernières élections donnait les résultats à compte gouttes, cela ne pouvait être que le fait de Mugabe, de sa décision ferme de truquer les votes dont le gagnant ne pouvait être que leur protégé de Morgan Tsvangirai ! Que ce dernier puisse frauder, cela n'a jamais frôlé l'esprit de qui que ce soit, puisque cela est tout simplement impossible ! Que son parti donne des résultats avant la commission d'organisation des élections, cela est très bien, même si les autorités avaient interdit ce genre d'oukases avant le scrutin.

Mais voilà que les résultats de la commission d'organisation des élections donnent le camp de Tsvangirai gagnant dans le scrutin législatif. Et tout le monde de trouver cela normal ! Et c'est ce « tout le monde »  qui naguère affirmait que Mugabe truquerait quel que soit delta. Qu'il manipulait à sa guise la commission d'organisation des élections. Mais la commission électorale que toute la communauté internationale qualifiait de corrompue et à la seule solde de Mugabe, donne des résultats qui conforte la victoire de l'opposition, et plus personne ne dit mot. Ou du moins, ce pourquoi on rue désormais dans les brancards, c'est le fait que les résultats des élections présidentielles tardent à venir. La cause : « C'est ce tricheur de Mugabe qui cherche les moyens de frauder » ! Sacrée communauté internationale ! Mais au fait quels sont les pays dont les habitants font partie de cette communauté ? Ceux du petit Burkina feraient-ils aussi partie ?

Il y a un proverbe africain qui assure qu'  « Il est inutile de faire bagarre avec celui qui ne connaît pas la honte » ! Et pourquoi ? « Parce qu'on ne peut jamais gagner » ! Puisque lui n'a aucune règle. En remettant constamment en cause ce qu'on a déjà affirmé comme véridique et véritable, il n'y a plus alors de règle du jeu !

C'est l'ex président de la France, monsieur Jacques Chirac qui avait affirmé audacieusement : « L'Afrique n'est pas mûre pour la démocratie » ! Mais il aurait sans doute été beaucoup plus inspiré, de se poser la question de savoir si l'Afrique avait un intérêt quelconque à entrer dans la démocratie occidentale ? Enorme débat que le continent noir aura intérêt à ouvrir tôt ou tard ?

C'est quoi exactement l'idéal démocratique ? Quelle pourrait être l'intérêt de l'Afrique dans un système où seul l'intérêt matériel est le maître mot, mais surtout qui force à ce qu'on accepte que des hommes, parce qu'ils sont plus forts, aient plus de droit sur les biens et les terres des autres ?  Le système de la raison du plus fort n'est-il pas plus le signe de la barbarie que celui d'une civilisation ? Ne peut-on pas avoir la faiblesse de penser que les barbares ne sont peut-être pas ceux qu'on croit !

 

Augusta Conchiglia : Fin de règne à Harare. Monde diplomatique. Septembre 2005

 

 



08/04/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres